Édition 2021

Un corps qui s’appartient - Table ronde

Désirant ou violenté, manipulé ou conquérant, le corps des femmes n’appartient qu’à elles. Ananda Devi "Le rire des déesses" (Grasset), Héléna Marienské "Presque toutes les femmes" (Flammarion) et Timothée Stanculescu "L’éblouissement des petites filles" (Flammarion) - Animée par Karine Papillaud, journaliste

Publié le

Un corps qui s’appartient - Table ronde